Nos actualités

Séminaires, publications et évènements

ifac
Publication
01/08/20

Impact des bonus sur les comportements de jeu des joueurs en ligne: étude longitudinale basée sur les données de comptes joueurs

Auteur(s) de la publication : Marianne Balem, Bastien Perrot, Jean-Benoit Hardouin, Elsa Thiabaud, Anaïs Saillard, Marie Grall-Bronnec, Gaëlle Challet-Bouju

Objectifs: estimer si l'utilisation de bonus a un impact significatif sur les comportements de jeu des joueurs en ligne et décrire cette relation temporelle dans un environnement de jeu réel. Design: cette étude observationnelle longitudinale fait partie de la deuxième étape du programme de recherche EDEIN (Etude de Dépistage des comportements Excessifs de jeu sur INternet). Origine des données: Autorité de Régulation des Jeux En Ligne - ARJEL (actuellement nommée Autorité Nationale des Jeux - ANJ) (poker, paris hippiques et paris sportifs) et opérateur de loterie nationale française (loteries et jeux à gratter). Participants: 9306 joueurs ayant joué au poker, aux courses de chevaux ou aux paris sportifs, et 5682 joueurs ayant joué aux loteries et aux jeux de grattage ont répondu à une enquête en ligne. Le ratio hommes-femmes était largement en faveur des hommes (environ 90 % pour le poker, les paris hippiques et les paris sportifs, et 65 % pour les loteries). L'âge médian variait de 35 ans (paris sportifs) à 53 ans (paris hippiques et loteries). Mesures: l'enquête en ligne comprenait l'Indice Canadien du Jeu Excessif (ICJE) pour déterminer le statut des joueurs (à risque ou non). Les données de comptes joueurs étaient agrégées de façon hebdomadaire et comprenaient l'intensité du jeu (mises, dépôts), la fréquence de jeu (nombre de jours de jeu), deux indicateurs de comportements de jeu à risque (chasing et implication) et l'utilisation de bonus. Résultats: l'utilisation de bonus était associée à une augmentation de l'intensité du jeu (β entre -0,06 [-0,08 ;-0,05] et 0,57 [0,54 ; 0,60]), de la fréquence du jeu (β entre 0,12 [0,10 ; 0,18] et 0,29 [0,28 ; 0,31]), et des comportements de jeu à risque (OR entre 1,32 [1,16 ; 1,50] et 4,82 [4,61 ; 5,05]), à la même semaine que leur utilisation. Cet effet était plus marqué pour les comportements de jeu à risque et les joueurs à risque. Conclusion: les bonus pourraient représenter un facteur de risque de développer ou d'exacerber des problèmes de jeu.

gambling tracking data, online gambling
Addiction
Publication
04/07/20

Association de mesures de corrélation intra-cluster avec la prévalence de l'outcome pour des outcomes binaires dans des essais randomisés en cluster

Auteur(s) de la publication : Mbekwe Yepnang, A. M., Caille, A., Eldridge, S. M., & Giraudeau, B

In cluster randomised trials, a measure of intracluster correlation such as the intraclass correlation coefficient (ICC) should be reported for each primary outcome. Providing intracluster correlation estimates may help in calculating sample size of future cluster randomised trials and also in interpreting the results of the trial from which they are derived. For a binary outcome, the ICC is known to be associated with its prevalence, which raises at least two issues. First, it questions the use of ICC estimates obtained on a binary outcome in a trial for sample size calculations in a subsequent trial in which the same binary outcome is expected to have a different prevalence. Second, it challenges the interpretation of ICC estimates because they do not solely depend on clustering level. Other intracluster correlation measures proposed for clustered binary data settings include the variance partition coefficient, the median odds ratio and the tetrachoric correlation coefficient. Under certain assumptions, the theoretical maximum possible value for an ICC associated with a binary outcome can be derived, and we proposed the relative deviation of an ICC estimate to this maximum value as another measure of the intracluster correlation. We conducted a simulation study to explore the dependence of these intracluster correlation measures on outcome prevalence and found that all are associated with prevalence. Even if all depend on prevalence, the tetrachoric correlation coefficient computed with Kirk’s approach was less dependent on the outcome prevalence than the other measures when the intracluster correlation was about 0.05. We also observed that for lower values, such as 0.01, the analysis of variance estimator of the ICC is preferred.

Statistical Methods in Medical Research
ifac
Annonce

Le projet CONGA a obtenu un financement de l'AOI CHU Nantes + ANR résilience COVID

Both in France and Sweden, global changes in online gambling activities due to the COVID-19 pandemic, and their potential for gambling problems, are a source of concerns for public health authorities. The CONGA project aims to measuring the impact of the COVID-19 pandemic on the online gambling activity, both in France and Sweden. The use of gambling tracking data, widely acclaimed in recent years in research on online gambling given its ecological nature, could allow observing longitudinally changes in online gambling activities due to the pandemic. Moreover, the combination of French and Swedish data will allow comparing two countries with very distinct politics regarding the pandemics, i.e. a lockdown in France compared to no lockdown in Sweden. The CONGA study will provide a better understanding of the impact of restriction measures in the context of the health crisis on online gambling activities. Moreover, the identification of sub-populations particularly at risk of increasing their gambling activity in response to the health crisis will have both clinical and epidemiological perspectives, even beyond the current period of crisis.

Investigateur principal : Gaëlle Challet-Bouju

Annonce

Le projet NABAB a récemment obtenu un financement PHRC national

Les addictions comportementales (AC) [Jeu d’Argent Pathologique (JAP), Addiction à l’Alimentation (AA), Addiction Sexuelle (AS)] peuvent entraîner des conséquences désastreuses. Elles sont souvent associées à d'autres troubles addictifs ou psychiatriques, et à des taux élevés de tentatives de suicide. Les études épidémiologiques rapportent une prévalence atteignant 2,7 % pour le JAP, 5 % pour l'AS et jusqu'à 7,9 % pour l'AA.
De nombreuses similitudes ont été mises en évidence entre les AC, ainsi qu'avec les troubles de l’usage de substances. Sur le plan clinique, le point commun fondamental est l’existence du craving (envies impérieuses, incontrôlable de s'engager dans des comportements hédoniques), qui a été systématiquement associé à la perte du contrôle sur la conduite et à la rechute.

Alors que les thérapies cognitivo-comportementales ont démontré leur efficacité pour la prise en charge des AC à court terme, l'étendue et la durabilité de leurs effets restent encore inconnues. Les abandons de soins sont fréquents, ainsi que les rechutes.
À l'heure actuelle, aucun traitement pharmacologique n'a obtenu d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) dans l’indication « AC », mais plusieurs médicaments ont été testés. Parmi eux, deux antagonistes des récepteurs opioïdes, la naltrexone et le nalméfène, semblent les plus prometteurs. En diminuant la neurotransmission de la dopamine dans le circuit de récompense, ils réduisent à la fois l'excitation pour les comportements gratifiants et l'envie.
Comparé à la naltrexone, le nalméfène semble avoir une meilleure sécurité d’emploi. À ce jour, aucune étude n'a examiné l'efficacité du nalméfène en tant que traitement des AC. Deux essais cliniques ont démontré son efficacité pour le traitement du JAP, mais aucun essai clinique n'a été mené pour l'AS et l'AA.
Nous faisons l'hypothèse que le nalméfène, par rapport à un placebo, peut avoir un effet thérapeutique en complément du traitement habituel pour diminuer le craving dans les AC sus-citées. L'étude NABAB pourrait donc conduire à l'élaboration de recommandations intégrant une option médicamenteuse pour le traitement des AC.
La mise à disposition d'un traitement médicamenteux bien toléré et peu coûteux permettrait une accessibilité plus facile aux soins, par exemple dans les soins primaires, et dans la prise en charge des patients qui ont des difficultés à s'engager dans des soins spécialisés.

Investigateur principal: Marie Grall-Bronnec

Annonce

Bruno Giraudeau a obtenu un nouveau projet ANR : ESCIENT !

Les interventions complexes sont constituées de composantes interagissant entre elles. Dans la recherche sur les services en santéet la recherche interventionnelle en santé, elles sont souvent évaluées par des essais randomisés en cluster, i.e., on randomise desunités sociales. Il est alors difficile de déterminer la population à analyser. La distinction entre une déviation au protocole et uneadaptation de l’intervention au contexte est ténue ; le manque d’observance peut être dû aux participants eux-mêmes ou à desévénements intercurrents ; l’adaptation de l’intervention au contexte invite à considérer une population d’analyse « as treated ».Des recommandations claires sont nécessaires. Ces essais sont aussi un défi statistique : alors qu’on raisonne volontiers en termesde différence de risques, les résultats sont généralement exprimés au moyen d’odds-ratios. A ce jour, aucune recommandationstatistique n’existe. Le projet ESCIENT se propose de répondre à ces manques.

logo Inserm
Annonce

Deux pages sur SPHERE dans le dernier numéro de Inserm, Le magazine !

Santé publique : Prendre en compte toute la sphère du patient

pages 12-13

La maladie éclipse parfois le malade. Pourtant l'environnement du patient, son état psychologique, son contexte social ou encore son expérience de la maladie doivent être considérés pour assurer une bonne prise en charge médicale. C'est avec cette ambition que l'équipe Inserm SPHERE développe une variété de méthodes appliquées à la recherche clinique et l'épidémiologie.

donut_Caille_2021
Publication

Revue méthodologique : Les critères de jugement de type survie sont souvent gérés de façon inadéquate dans les essais randomisés en cluster

Auteur(s) de la publication : Agnès Caille, Elsa Tavernier, Monica Taljaard, Solène Desmée

Objectifs : Estimer la prévalence des critères de type survie (TTE) dans les essais randomisés en cluster (CRTs) et examiner leur traitement statistique.
Méthode : Nous avons identifié sur PubMed les rapports de CRTs publiés dans six journaux médicaux généraux (2013-2018). La nature des critères de jugement et, pour les critères TTE, les méthodes statistiques de calcul du nombre de sujets nécessaires, d'analyse et de mesures de la corrélation intra-cluster ont été extraits.
Résultats : Une analyse TTE était utilisée dans 17% des CRTs (32/184) ou bien lors d'une analyse primaire ou secondaire, ou bien dans une analyse de sensibilité. Parmi les cinq CRTs avec un critère de jugement principal TTE, deux prenaient en compte à la fois la corrélation intra-cluster et la nature TTE des données dans le calcul du nombre de sujets nécessaires ; un rapportait une mesure de la corrélation intra-cluster dans l'analyse. Parmi les 32 CRTs avec au moins une analyse TTE, 44% (14/32) prenaient en compte le clustering dans toutes les analyses TTE. Nous avons identifié 12 CRTs supplémentaires dans lesquels il y avait au moins un critère non analysé comme TTE mais pour lequel une analyse TTE aurait pu être préférable.
Conclusion : Les critères de jugement de type survie ne sont pas rares dans les essais randomisés en cluster mais des méthodes statistiques appropriées sont rarement utilisées. Nos résultats suggèrent que des développements méthodologiques et des recommandations claires pour les critères TTE dans les CRTs sont nécessaires.

Journal of Clinical Epidemiology
séminaire 27 mai 2021
Séminaire d'unité
27/05/2021 12h30

Utilisation du pooling pour les tests RT-qPCR

Présentateur(s) : Vincent Brault (maître de conférences en statistique à Grenoble)

L'une des problématiques de la pandémie actuelle de COVID-19 est la nécessité de pouvoir tester le plus largement possible les populations afin de mieux détecter la propagation et l'évolution. Toutefois, des problèmes techniques ont été mis en avant comme la tension sur la disponibilité des réactifs. Pour limiter ce problème, les méthodes de pooling (mélange de plusieurs échantillons avant de faire le test) sont régulièrement considérées en RT-qPCR (voir par exemple Gollier et Gossner (2020)).
Dans cet exposé, nous commencerons par expliquer en quoi consiste un test RT-qPCR et ce que cela implique sur les faux positifs et négatifs. Nous verrons ensuite le principe du pooling et comment cette procédure influence les résultats sur le taux de faux négatifs ; nous verrons en particulier l'importance de connaître la distribution de la concentration en charge virale. Nous continuerons donc sur la difficulté d'estimer cette concentration et nous conclurons par quelques procédures qui pourraient être appliquées pour aider en cette période de crise.

Lieu : Tours + zoom

Contact à Nantes

Contact à Tours

visuel Sphere
Séminaire d'unité
25/06/2021

Journée SPHERE

Deux fois par an, l'unité SPHERE se réunit au complet à Tours ou à Nantes afin d'échanger sur des thématiques au cœur de ses sujets de recherche.

Plus d'information très bientôt

Suivez-nous

Restez connecté avec nos actualités et notre équipe en nous suivant sur twitter

@Sphere_U1246